Aurèle Marthan

Pianiste

Concertonet

Concertonet

La sensibilité et la sincérité d’Aurèle Marthan



Aurèle Marthan (né en 1986) enregistre une carte de visite consacrée à Ravel sur – ce n’est pas courant – unFazioli: à peine 50 minutes de musique, une notice réduite à une biographie du pianiste mais des interprétations sensibles et presque sans faiblesse. Jeux d’eau imprègne modérément la mémoire et lui échappe encore un peu, la mélodie de Pavane pour une infante défunte ne se déploie pas si souplement que cela mais la Sonatine, parfois précipitée, surtout au début, lui tombe naturellement sous les doigts. Les Miroirs sont dans l’ensemble plutôt réussis: «Noctuelles» volubiles, «Oiseaux tristes» raffinés, «Une barque sur l’océan» prudemment chaloupée, «Alborada del gracioso» gravé à la pointe sèche, «Vallée des cloches» émouvante. De bon augure pour la suite (Polymnie POL 127 397). SF